Émouvante trace des temps anciens, le petit port de Gwin-Zegal dresse ses pieux au pied des falaises de Plouha.
C’est sans doute, avec le port de Mazou en Porspoder (29), le dernier représentant en France d’un mode de mouillage très particulier, dont l’histoire remonte au Moyen Age. Un simple mouillage sur pieux de bois. Une petite trentaine de troncs d’arbres de 8 à 10 mètres de hauteur sont plantés dans le sable marin, avec leurs racines, au creux d’une petite anse protégée par une pointe rocheuse. Des pierres consolident la base de chaque arbre et l’ensemble constitue une petit forêt de mâts qui traverse les siècles. C’est là que s’amarrent les embarcations.

Terre de silence

On y arrive par la terre, en suivant une petite route sinueuse bordée de genêts et d’ajoncs. On peut également y venir à pied, en suivant le GR 34 qui emprunte le sentier des douaniers. Par l’un ou par l’autre, le panorama sur les plus hautes falaises de Bretagne vaut le détour. Gwin-Zegal (vin de seigle en breton) se loge au creux de la falaise.

  • De la petite plage, on aperçoit les plages de Port-Moguer, dont la digue en granit rose cisaille le fond de la vallée et offre un rare abri contre les vents du large. Plus loin, la plage Bonaparte nous rappelle des temps héroïques : 135 aviateurs alliés en furent évacués.
  • Du Sud au Nord, le site incite au recueillement. On y perçoit le recul de la terre, que la mer grignote –attention aux sentiers dont les pans s’effondrent-.

Article rédigé par Anne LESSARD